Château de Sainte Agnès


Aller au contenu

le plan de Morello

XVIe-XVIIIe s.

Le plan de Carlo Morello :

..........A l'époque moderne, de nombreux châteaux de la région furent remodelés plus ou moins en forteresses par le duc de Savoie. Le château de Sainte-Agnès ne fit pas exception.

.........
C’est de 1656 que date le seul dessin que l’on connaisse, il est l’œuvre de l’ingénieur Carlo Morello. Le niveau supérieur ne présente plus les traits d'un château : il semble transformé en casernements. Le niveau intermédiaire a conservé son enceinte médiévale (avec ses archères, telle qu'on la voit encore aujourd'hui). Le niveau inférieur, sur l’emplacement du village abandonné, présente aujourd'hui

Détail de la gravure de Carlo Morello : la forteresse

une enceinte basse garnie de bouches à feu, mais en aucun cas bastionnée comme le présente la gravure.

...........La légende, en italien, indique : "Le château de Sainte Agnès, bien que petit, est d'autant plus facile à gouverner vu le petit nombre de gens : j'estime que les paysans suffisent pour n'importe quel besoin. De ce lieu à Monaco il n'y a qu'une heure de route et il y a autant jusqu'à la route qui va du Piémont à Nice. De cette façon, si un débarquement avait lieu vers Monaco, il [le château] pourrait retarder pendant quelque temps n'importe quelle incursion qui voudrait pénétrer dans le Comté de Nice et donner la main à Sospel qui est proche, ce dont vous aurez le plus besoin, ce sera de quelques munitions de guerre".


.........Alors que la bande côtière se dotait de fortifications intégrant les innovations (citadelle de Nice, fort du Montalban, fort de Villefranche, Rocher de Monaco), Sainte-Agnès comme d'autres châteaux de montagne conservait ses archaïsmes.

........ On peut l'expliquer d'une part par des obstacles d'ordre technique : l'exiguïté des assises ne laissait pas la place nécessaire à un tracé bastionné, et d'autre part par l'absence de nécessité : les chemins muletiers ne permettant pas d'attaquer la place avec des pièces d’artillerie.

Carte de Borgognio, 1683.

...........Les invasions françaises se succédèrent. Au nom de Louis XIV, le chevalier de La Fare opéra des destructions en 1691.

..........Puis, après avoir été pris et repris plusieurs fois au cours de la Guerre de Succession d'Autriche (17844-1748), le site fut définitivement abandonné.


Les Etats de Savoie (Histoire de l'identité niçoise H. Barelli et R. Rocca)

Le régiment de Nice

Guerre de Succession d'Autriche : la bataille de l'Assiette




Retourner au contenu | Retourner au menu